La mauvaise gestion des déchets

Mauvaise gestion des déchets

Fiche PDF "mauvais traitement des déchets dans l'Indre"

Une grande partie n’est pas recyclée, ni récupérée, ni valorisée. On appelle cela des déchets ultimes. Ils sont destinés à l’enfouissement.

Les Syndicats de traitement gérés par les élus, continuent cette pratique. Celle-ci a pourtant un fort impact sur notre environnement. Les conséquences, ce sont de graves pollutions des sols, des cours d’eau (risque de fuites des lixiviats), des nuisances olfactives ou visuelles, des dangers pour la santé humaine (émanation toxique…)

L’extension des installations de stockage de déchets dits « non dangereux », est systématiquement autorisée, en attendant leur traitement… qui peut intervenir des années plus tard. C’est un procédé très coûteux, dont l’impact sur le revenu des ménages, ne cessera d’augmenter avec l’envolée des taxes environnementales.

Il nécessite : la condamnation de grands espaces (contraintes techniques avec la nature du sol) la récupération et le traitement des lixiviats (jus pollués provenant de la décomposition des déchets). Le captage du méthane (gaz à effet de serre) pour éviter qu’il ne s’échappe dans l’atmosphère.

L’incinération n’est pas non plus la bonne solution, car elle produit elle-même 30% des résidus solides et des gaz nocifs.

Des décharges sauvages sont toujours « en service » avec là encore, la « complicité passive » des élus. Elles sont pourtant strictement interdites et contribuent, notamment, à la pollution des sols.

Ces pratiques ne sont respectueuses ni de l’environnement, ni des citoyens qui les financent par l’impôt.

Pour y mettre un terme, il est indispensable de maitriser la dégradation des déchets, d’accélérer leur stabilisation et d’optimiser leur transformation en biogaz, pour en faire une source d’énergie renouvelable. Valoriser les déchets est un choix politique, un choix de société.

Exigeons la mise en œuvre d’une véritable filière de valorisation des déchets.