APPEL A MANIFESTER

APPEL A MANIFESTER

SAMEDI 3 JUIN 2017 – ARGENTON-SUR-CREUSE

Sont concernés : le Val de Creuse, le Boischaut sud, la Basse Marche, la Brenne et le Montmorillonnais.

Tous ces territoires sont confrontés à des menaces de plus en plus précises, sur nos conditions de vie. Les associations signataires de cet appel (liste jointe) militent pour la sauvegarde de l’environnement. Convaincues que l’éolien industriel géant transformera de façon irréversible notre environnement quotidien, elles se mobilisent contre l’implantation des aérogénérateurs. Les caractéristiques paysagères, et les qualités  environnementales du bocage, justifient que ce territoire et son patrimoine soient classés « Pays d’art et d’histoire » et « Patrimoine paysager ».

Les éoliennes industrielles :

Elles et leur filière ne sont pas écologiques. Des promoteurs, avec la bienveillance des élus, menacent d’y construire près de 250 éoliennes industrielles de 160 à 210 mètres de haut. L’enjeu est de taille. Il s’agit d’éviter la destruction des haies, des chemins; l’abattage des grands arbres; les pollutions visuelles et sonores; la disparition du petit gibier, de l’avifaune, y compris d’espèces protégées tel le Milan noir; la dévalorisation du patrimoine immobilier; les risques encourus pour notre santé etc… le tout, pour des résultats dérisoires, aléatoires et contestables. Ces nouvelles dégradations ne feront qu’accentuer celles déjà constatées en ce qui concerne, entre autres :

Les haies :

trop souvent massacrées, arrachées et réduites, même dans des périodes inappropriées; or, leur rôle est essentiel. Elles protègent les récoltes du vent et de l’érosion, elles réduisent l’évaporation et les écarts de température du sol; elles hébergent, protègent et nourrissent la faune… Voulons-nous subir la même « désolation » qu’en Champagne berrichonne ?

Les abeilles et insectes pollinisateurs :

qui disparaissent en raison, notamment, de l’utilisation de substances chimiques et du saccage des haies; or, elles ont un rôle essentiel dans la préservation de la biodiversité. Elles contribuent à la pollinisation et la production de notre alimentation. Sans abeilles (et autres pollinisateurs), pas de fruits, pas de légumes… pas de survie pour l’Homme. Voulons-nous subir les conséquences de leur disparition, déjà évaluée à 30 % en moins de vingt ans ?

Les nappes phréatiques :

alimentées par les eaux de pluie, sont polluées par des pesticides, des engrais et divers produits chimiques; or, l’eau met beaucoup de temps à s’épurer dans des conditions naturelles. Voulons-nous consommer ces produits toxiques ?

Les ordures ménagères, non recyclées :

polluent également les nappes phréatiques lorsqu’elles sont enfouies; c’est ce que pratiquent encore les syndicats de traitement; or, elles pourraient produire de l’énergie. Voulons-nous subir ces nuisances, aggravées par la présence de décharges sauvages (pourtant
strictement interdites) ?
Face à ces constats désastreux, face à l’absence d’application et au non-respect des lois de
protection de notre environnement, face au silence de nos élus, il est temps d’agir pour
éviter le pire.
Après les actions (réitérées) de sensibilisation et d’information, la manifestation s’impose. Il
est temps d’exprimer notre légitime colère et notre détermination, à défendre notre
environnement et notre qualité de vie. Ne manquez pas ce rendez-vous !

 

Modalités d’organisation et contact sur ce site ou par mail :

contact@bocageenperil.fr